Choisir une bouteille de vin pour sa propre consommation ou pour offrir en cadeau n’est pas chose facile de nos jours. Il existe un choix impressionnant de cuvées, et lorsque l’on n’est pas un spécialiste du vin, on base notre choix sur les étiquettes. L’univers émotionnel qui entoure le vin est déterminant dans le choix du consommateur et peut être décisif sur l’achat d’une bouteille de vin. Le vin fait partie de ces produits à travers lesquels on cherche du plaisir bien sûr mais aussi la reconnaissance de celui avec qui on le partage.

Cet univers émotionnel est construit à travers l’histoire du vin et du domaines que l’on raconte, communément appelé aujourd’hui : le storytelling.

Aujourd’hui, le storytelling a vocation à faire rêver,  créer de l’émotion et ainsi à vendre . Le monde viticole ne fait pas exception à la règle, se devant de séduire les consommateurs majoritairement au travers d’une étiquette, la qualité des vins n’étant pas une option. Les vignerons utilisent déjà fréquemment le storytelling, et cela depuis des siècles. C’est ainsi que les ducs de Bourgogne vantaient déjà le savoir-faire des moines cisterciens et de leurs grands crus.  Mais ce qui touche le consommateur évolue avec le temps et le storytelling avec. Passant d’un discours centré sur le produit, à un discours plus centré sur le consommateur et ses aspirations profondes.

Traditionnellement, le storytelling du vin fait l’éloge du producteur, de sa région, de son vignoble ou encore de sa technique de production. Il correspond à des représentations classiques du produit, utilisées et codifiées notamment par les grandes régions françaises telles que Bordeaux ou la Bourgogne. Mais depuis quelques années, la tendance est le storytelling du vin tourné vers le consommateur. Il cherche à communiquer au client des sensations et des émotions qui pourraient se dégager de la consommation du vin. Ce storytelling quitte les codes stricts du secteur du vin traditionnel, afin de se tourner vers les tendances marketing des autres secteurs du marché. Différentes stratégies se dégagent sur les étiquettes : le storytelling du vin aux vertus libératrices pour l’esprit, de la relaxation, festif ou encore de la séduction. Tout est mis en œuvre pour séduire le potentiel acheteur.

Néanmoins, en dépit d’une forte attraction actuelle pour le storytelling consommateur, le traditionnel reste en place et n’est pas près de disparaître. En effet, l’émotion du client ne se construit pas uniquement autour des vertus que le vin va lui apporter, mais aussi de références, d’un imaginaire et d’une histoire, qui permet une expérience durable et plus riche autour du vin. Dans un monde actuel en constante évolution, le vin reste un symbole de permanence. Alors, pro-traditionnel ou pro-consommateur, qui aura le dernier mot ?